Statut de réfugié : Peut-il conduire à la citoyenneté ?

Les personnes qui quittent leur pays d’origine, parce qu’elles craignent pour leur sécurité, peuvent aller dans un autre pays. Elles ont le droit de bénéficier d’un statut d’immigration légale. Dans certains cas, le statut de réfugié peut finalement conduire à la citoyenneté.

Le statut de réfugié

Les réfugiés viennent souvent dans d’autres pays quand ils échappent à la guerre, à la persécution ou à une catastrophe naturelle. Ils peuvent demander le statut de réfugié lorsqu’ils se trouvent à l’extérieur du pays. Un réfugié doit pouvoir démontrer qu’il ne peut pas retourner dans son pays d’origine. Il peut être sujet de persécutions passées ou sera persécuté s’il retourne dans son pays d’origine. Le motif de la persécution doit être fondé sur :

  • La race
  • La nationalité
  • La religion
  • Les opinions politiques
  • L’appartenance à un groupe social particulier

Cela lui permet de prétendre au statut de réfugié ou d’asilé.

La demande de naturalisation

Avant de pouvoir demander la naturalisation, les immigrants doivent pouvoir prouver qu’ils ont eu une résidence permanente pendant une période. Pour les réfugiés et les asilés, le nombre minimum d’années de résidence permanente est de cinq ans. Toutefois, cette période est calculée différemment pour les réfugiés et les asilés. Ils doivent comprendre comment leur temps est calculé. En raison de la disposition relative à l’annulation, ils peuvent souvent demander la naturalisation plus tôt que les personnes asilées. Pour qu’un réfugié devienne citoyen, il doit se trouver dans le pays depuis au moins cinq ans. Il doit également avoir une résidence permanente pendant au moins cinq ans.

La carte de résident et la naturalisation anticipée

La date figurant sur une carte de résident est la date d’approbation de la demande de résidence. Toutefois, pour les réfugiés, la date mentionnée sur la carte est celle d’entrée dans le pays. Par conséquent, il ne peut pas se fier exclusivement à cette date. Il ne peut pas penser qu’il peut demander la naturalisation quatre ans plus tard.

Les résidents permanents peuvent présenter leur demande de naturalisation 90 jours avant l’expiration des cinq ans. Cette période compense la possibilité que l’État ne donne pas suite à la demande pendant au moins cette période.

Les différences en matière d’asile

On confond souvent le statut de réfugié et celui de demandeur d’asile. Les asilés présentent de nombreuses similitudes avec les réfugiés, notamment le fait d’être persécutés pour des raisons spécifiques. En outre, ils doivent être résidents permanents pendant au moins cinq ans avant de demander la naturalisation, comme les réfugiés. Cependant, ils se trouvent dans le pays lorsqu’ils demandent ce statut. Contrairement aux réfugiés qui demandent ce statut alors qu’ils se trouvent dans un autre pays. Le moment où les asilés peuvent demander la naturalisation est différent de celui des réfugiés. Au bout d’un an, ils peuvent demander la résidence permanente.

Statut de réfugié : Peut-il conduire à la citoyenneté ?
Retour en haut